Bon voyage les 3 petits cochons

Chapeau: 

Film réalisé par des élèves de l'enseignement spécialisé (type 1,3,8). Ce film provient de l'Appel à Projet "on ne peut donner que deux choses à ses enfants: des racines et des ailes". Par ce film, nous avons voulu mettre en évidence chaque enfant avec leur personnalité, leur histoire et leur intelligence (les racines). Ce projet a permis à chaque enfant d'ouvrir ses ailes pour créer un petit projet qui met en évidence ses forces. 

Identité
Identité de l'école: 

Nom de l'école : EESPCF Lieutenant Jacquemin La Parenthèse
Adresse : rue de Berneau 16
Localité : 4600 Visé

Site internet : https://sites.google.com/site/enseignementspecialisevise/

Niveau des élèves: 

Type d’enseignement : – spécialisé
Niveau d’enseignement : fondamental  – 
Pour l’enseignement fondamental : - primaire

Classe (s) concernée(s) : Mme Collette (maturité 1) et Mme Ponthir (maturité 2)

Les participants: 

Nombre de classes impliquées :2
Nombre d’élèves impliqués :19
Nombre de professeurs impliqués :2
Autres :1 (MAE)

Un opérateur: 

Nom de l'opérateur : Caroline De Hareng
Adresse : chaussée de Nivelle 50
Localité : 4300 Oleye

Site internet : https://carolinepoisson.com/

Les compétences
Compétence(s) visée(s): 

comprendre les possibilités, les limites et les contraintes de l’appareil pour lire le média (par exemple : dans la comparaison des photos de la vie des élèves, comparer la qualité des photos des enfants et des adultes)
 
Les compétences en écriture médiatique
Les compétences informationnelles en écriture : le média comme contenu transmissible : rédiger un scénario pour créer le film avec les projets de chacun.
 
Des compétences informelles en navigation
Les compétences techniques en navigation : connaitre le principe de fonctionnement de la caméra, de l’appareil photo et de la tablette.
 
Des compétences en organisation médiatique
Les usages techniques du média : comparer des appareils médiatiques en fonction de leur ergonomie ainsi que du potentiel, des limites et des contraintes de leur utilisation (par exemple, l’enfant devra choisir entre le smartphone, la tablette, l’appareil photo ou la caméra lors de nos sorties ou pour filmer les projets en fonction du contexte et des lieux).
 
2. Langue française :
Savoir écouter/parler :
-1261 : questionner pour satisfaire sa curiosité (par rapport aux photos apportées par les enfants en début de projet)
-1275 : parler de sa famille
-1278 : raconter un fait vécu en respectant la chronologie des faits (à partir des photos de chacun)
-1309 : s’exprimer de manière audible et compréhensible (si on veut parler dans le film)
 
 
 
3. Eveil :
 
Histoire
- 706 : se repérer dans le temps : en construisant une ligne du temps de sa vie avec ses propres photos
-711 : structurer le temps et prendre conscience que nous vivons des moments identiques (anniversaires) et des moments différents
-712 : constater l’irréversibilité du temps : on ne redevient jamais un bébé
-723 : placer des évènements vécus sur une ligne du temps (avec les photos)
 
 
 
4. Education physique :
 
-62,63 : s’exprimer par le corps, s’initier à la danse (jouer un rôle dans notre film)
 
5. Education plastique :
 
-1791 : créer à partir de matériaux de récupération son projet
-1795 : créer un décor pour le film
-1799 : s’adonner au modelage pour créer son projet ou un élément du film
 
 
6. Education musicale
 
-1821 : s’exprimer par la voix et par le corps pour jouer un rôle dans le film
-1838 : interpréter des chants pour réaliser une bande sonore
-1847 : manipuler des instruments de percussion pour réaliser une bande sonore

Compétences sollicitées : 

1. Education aux médias
 
Les compétences en lecture médiatique
- des compétences en lecture informelle :
le média comme forme-objet :comprendre la nature hétérogène constitutive du média (par exemple : en visionnant des extraits vidéos ou film, l’enfant va distinguer une série de caractéristiques comme l’utilisation du noir et blanc ou de la couleur, les prises de vues réelles, le cinéma d’animation ou le dessin animé et saura repérer des indices suggérant que le film est une fiction)
le média comme contenu transmissible : confronter les représentations véhiculées par le contenu à sa propre perception du monde (par exemple, l’enfant va apprendre à distinguer les animaux d’un dessin animé à des animaux réels)
le média comme système de signes : lire, regarder et écouter un média en donnant du sens (par exemple, l’enfant va apprendre à résumer un film de fiction)
Des compétences informelles en navigation

  • Les destinateurs et destinataires du média : choisir des médias en tenant compte de leurs destinataires : orientation des élèves vers d’autres sources d’informations que celles qui leur sont familières afin qu’ils explorent d’autres médias et qu’ils réfléchissent à leur recherche d’information (présentation de divers médias : film, musique, œuvres d’art afin d’enrichir le choix de projet de chacun).

 
 
2. Education à la technologie
Pour réaliser le film, il faut :
-1970 : observer d’autres films réalisés par des enfants et distinguer ce que l’on peut faire nous-mêmes et ce qui demande l’aide de quelqu’un d’autre.
-1974 : réaliser un plan et couper notre projet en différentes étapes
-1978 : réaliser : construire nos projets personnels, rédiger un scénario pour mettre nos œuvres dans un même film, filmer, construire une bande sons (et demander à Caroline Poisson pour faire le montage)
-1982 : réguler : voir le film ainsi réalisé et le critiquer, éventuellement l’ajuster
-1986 : structurer : par photos, reconstruire les différentes étapes du projet.
 
3. Langue française :
Savoir écouter/parler :
-1266 : s’exprimer sur un média lu, vu ou entendu (photos, films, musiques…), sur un fait vécu et qui
nous tient à cœur (activités où l’enfant excellait dans les ateliers sur les intelligences multiples)
-1282 : oser dire j’aime / je n’aime pas par rapport aux médias lus, vus ou entendus,
-1290 : écouter une histoire, une chanson, une musique, une comptine (intelligence linguistique)
-1294 : chanter, réciter une poésie, une chanson (intelligence linguistique)
-1305 : distinguer le vrai du faux, le réel et l’imaginaire dans les extraits films vus
 
Savoir lire :
-1348 : recourir au coin bibliothèque (pour celui a une intelligence linguistique et qui aime les livres)
 
Savoir écrire
-1519 : dicter à l’adulte pour rédiger le scénario
-1612 : initier au traitement du texte pour rédiger le scénario (avec les enfants plus grands)
 
 
4. Eveil :
 
Sciences :
-403 : découvrir le monde animal
-413 : découvrir le monde végétal
Ces compétences (et d’autres compétences scientifiques) pourraient être abordées par des enfants qui se passionneraient pour ces sujets et voudraient en faire un projet personnel. Lors de nos sorties dans les bois, nous aborderont aussi ces compétences.
 
Géographie :
-771 : utiliser un plan simple
Cette compétence pourrait être abordée par des enfants qui se passionneraient pour ce sujet et voudraient par exemple, créer une carte au trésor.
 
5. Mathématiques
 
-839 : problèmes mathématiques : ces compétences seront abordées dans les ateliers d’intelligence logico-mathématiques afin de repérer celui qui aime les jeux de logique, les jeux de nombres, les calculs…
 
6.Education plastique
-1724 : rencontrer des expressions plastiques diverses telles que : peinture, modelage, dessin, sculpture, tissage, photos pour motiver les enfants à expérimenter ces modes d’expression (au travers d’exposition pour donner des idées aux projets personnels)
-1734 : s’exprimer par le dessin
-1747 : s’adonner à la peinture
-1772 : travailler diverses matières pour réaliser son projet

L'éducation aux médias
La place de l'éducation aux médias: 

Ce projet s’inscrit dans l’éducation aux médias dans le sens où les enfants ont été mis en contact avec différents médias (cinéma, musique, , peinture…). Les enfants ont été  mis en contact avec les médias lors de la création de leur projet personnel pour créer eux-mêmes un film.
Pour lancer le projet, nous avons visionné des extraits de films réalisés par les enfants.
Ensuite, les anciennes photos amenées par les enfants sur leur passé on été commentées et ont suscité analyse et questionnement.
Afin de mettre en évidence les différentes intelligences du groupe, des photos ont été prises des enfants (soit par les enfants eux-mêmes, soit par les institutrices) durant les activités de classe. Une analyse des photos a permis aux enfants de prendre conscience de leur force et de leur faiblesse.
Enfin tout au long du projet, les enfants ont appris à utiliser les appareils médiatiques (appareil photo, caméra, smartphone, tablette, dictaphone) afin de créer leur propre média : un film. Ils ont appris à allumer / éteindre ces appareils, les faire fonctionner pour capter des images et du son, revoir ce qu’ils ont enregistré sur ces appareils. Le Tableau interactif a permis de voir les enregistrements et de les critiquer. Internet leur a permis de trouver des musiques et des bruitages pour créer une bande sons

Pédagogie de l'Éducation aux médias: 
Produire des documents médiatiques
Les dispositifs
Dispositif didactique: 

Les activités se sont déroulées de septembre à mars. Suite à la pandémie du Covid 19, nous n’avons pas su aller au bout de notre projet. Notre film a été terminé, mais la présentation n’a pas eu lieu comme on le souhaitait. Nous avons consacré 2 périodes de 50 minutes par semaine en moyenne.
Pour toutes les activités de préparation, nous avons fonctionné en 3 groupes dans 3 locaux différents. Les mises en commun se sont déroulées par groupe classe.
Les ateliers sur les intelligences multiples se sont déroulés en 3 séances de 3 ateliers tournants.
La préparation des mini-projets s’est réalisée en individuel ou en petits groupes.
Les séances filmées se sont déroulées dans le local le plus grand et le plus lumineux des 3.
Quand nous avons regardé les montages de notre film ou un autre film, les enfants étaient rassemblés dans une des 3 classes possédant un TBI.

Matériel: 

-des exemples de films réalisés par des enfants
-des photos apportées par les enfants (éventuellement imprimées à l’école) ainsi qu’un support pour les coller
-le matériel pour les ateliers sur les intelligences multiples : jeux mathématiques, jeux linguistiques, instruments de musique, matériel sportif (ballon, tapis, parachute…), jeux de logique / casse-tête, jeux de manipulation pour jouer seul ou à plusieurs (poupées, voitures, déguisement…) …
-matériel permettant de réaliser les projets de chacun : peinture, papier, instruments de musique, feuille, crayon, marqueur, lagos, kappla, marionnettes, jeu de train, peluches,
-matériel média : appareil photo, tablettes, caméra, ordinateur, TBI, smartphone (+ matériel de montage cf. Caroline Poisson)

L'activité
Déroulement de l'activité: 

Septembre- Octobre : présentation du projet et prise de contact des deux classes
 

  • Avec les deux classes, nous leur avons montré des exemples de films réalisés par des élèves et nous leur avons proposé de faire nous-mêmes un film sur nous. Nous avons distingué ce que nous sommes capables de faire nous-mêmes et ce qui nécessite l’aide d’une personne extérieure (le montage)
  • Pour faire un film, il va falloir travailler ensemble et donc se connaitre (séance de jeux coopératifs)
  • Présentation du projet aux parents lors d’une réunion collective. Comme nous envisagions de travailler sur les « racines » de chacun, on souhaitait impliquer les parents et leur demander d’apporter une dizaine de photos retraçant l’histoire de leur enfant. Les parents ne sont pas venus et le projet a été présenté par courrier. Les enfants ont apporté des photos.
  •  

Novembre : nos racines
 
Dans notre film, on voulait montrer que chaque enfant est différent. Voici différentes actions menées pour mettre en évidence cette différence :

  • Réalisation individuelle d’une ligne du temps de l’histoire de chacun (sa naissance, les grands moments de sa vie, sa famille).  Les enfants ont pu alors raconter aux autres leur histoire.

Les institutrices ont fait pareil. On a pu comparer la qualité des photos de l’époque, les vêtements…
Par cette activité, on voit déjà qu’on est tous différents de par son histoire.

  • Réalisation d’un arbre généalogique de chacun (avec l’aide des familles). Les parents ont complété un formulaire avec les prénoms et les métiers des grands parents. Au vu des situations familiales multiples, nous avons choisi de nous arrêter aux grands parents
  • Mise en évidence des intelligences multiples

Selon le scientifique Gardner, il existe 8 sortes d’intelligence :
L’intelligence linguistique (celui qui est à l’aise avec l’écriture, la lecture, les mots, les langues étrangères). Quelques exemples d’activités à mener : réciter une poésie, raconter une blague, une histoire, jouer avec les mots, des rimes
L’intelligence logico-mathématiques (celui qui est à l’aise avec les chiffres, les concepts, le calcul) Quelques exemples d’activités à mener : jeux de réflexion (dames, échecs), casse tête (sudoku, rubixcube…), expériences scientifiques, utiliser la calculatrice
L’intelligence kinesthésique (celui qui aime le sport, être en mouvement, qui parle avec les mains). Quelques exemples d’activités à mener : jeu sportif, danse, jeux de construction.
L’intelligence musicale (celui qui est à l’aise avec la musique, le rythme, le chant, les poésies) Quelques exemples d’activités à mener : activités avec les instruments de musique, chanter seul ou à plusieurs, écouter de la musique…
L’intelligence visuel et spatial (celui qui est à l’aise pour se repérer, dessiner, suivre un plan, lire une carte) Quelques exemples d’activités à mener : faire un parcours dans la salle de gym, guider un copain « aveugle » dans un circuit…
L’intelligence intra-personnel (celui qui aime être seul, dans sa bulle) Quelques exemples d’activités à mener : yoga, course à pieds, jeux symboliques seuls….
L’intelligence inter-personnel (celui qui aime aider l’autre, collaborer, travailler en équipe) Quelques exemples d’activités à mener : jeux sportifs de collaboration, jeu du parachute, jeux de société coopératifs, réaliser une œuvre collective….
L’intelligence naturaliste (celui qui aime les sorties dans la nature, qui aime les collections d’objets naturels) Quelques exemples d’activités à mener : réaliser un herbier, bricoler avec des éléments naturels, jouer au « jardin japonais », construire une cabane dans les bois…
Nous avons mis en place des activités spécifiques pour chaque type d’intelligence afin d’identifier l’intelligence dominante de chacun. Chaque enfant a été pris en photo à chaque atelier. A l’issue de ces activités, l’enfant ont pu expliquer ses activités préférées et aussi celles où ils se sentaient « forts » (en effet, on peut apprécier une activité sans y exceller) Avec l’aide des photos et des institutrices, les enfants ont verbalisé leurs forces et leurs domaines de prédilection.
 
 
Décembre : et nos rêves
 
Chaque enfant a réalisé un mini-projet en tenant compte de ses souhaits, de ses envies mais aussi de son intelligence (mise en évidence par les activités précédentes).
Voici quelques exemples de projets :
-un élève s’est rendu compte qu’il était très fort pour faire une construction en légo. Il a donc choisi de construire une avion en légo pour le film.
-un enfant qui arrivait à lire un plan pour faire une construction en kappla a réalisé une tour
-une élève qui aimait bouger a créé une petite chorégraphie
-un élève incollable sur les volcans a réalisé un dessin explicatif
-…
Les projets ont été réalisés la semaine avant les vacances de Noël.
Les réalisations ont été prises en photo et les idées envoyées à Caroline Poisson. Avec l’aide de Caroline, on a inventé une histoire pour relier tous les projets.
 
Janvier - février : lancement du film
 
Avec l’aide de Caroline POISSON le scénario a été peaufiné. A la rentrée de janvier, Caroline est venue en classe pour nous aider à filmer en tenant compte du scénario élaboré. Par après, nous continuons les séances pour filmer. Un aller-retour par mail s’est installé avec Caroline. Elle nous envoyait le montage et nous lui renvoyions des choses à ajouter (une image avec une phrase, une chanson, le titre…)  ou à modifier.
Les enfants se sont aussi chacun filmés « en selfie » avec les tablettes pour expliquer quels sont leur intelligence et leur rôle dans le film. Ces séquences vidéos ont été mises à la fin du film dans une partie « making off »
 
Mars 
Le film est terminé. Présentation du film aux enfants et critique. Au mois d’avril, nous avions le spectacle d’école. On voulait intégrer notre film à notre spectacle. Malheureusement, les cours ont été suspendus pour cause de pandémie.

 
Durant tous les projets, nous avons regardé en classe trois films de genres différents : « Groomit et Wallace » (animation en pâte à modeler), « Charlie Chaplin et l’enfant » (film en noir et blanc, film muet) et « Mary Poppins » (comédie musicale). Les enfants se sont posés beaucoup de questions sur comment on fait un film. Caroline Poisson a su un peu « démystifier » la création d’un film.
Nous avons également fait plusieurs sorties pour travailler les intelligences multiples et donner des idées de projets :
-animation l’heure du conte à la bibliothèque
-journées sportives
-cinéma et visite d’une salle de projection
-visite et animations à l’exposition Miro
-animations et spectacle à l’opéra
-sortie dans les bois
 
A l’heure actuelle, je ne sais pas quand je retrouverai mes élèves. Il est très improbable que nous puissions faire une présentation officielle de notre film comme nous l’avions imaginé aux parents et aux autres classes. Le film sera envoyé aux familles avec le support qu’il souhaite.

Notes: 

Quelques réflexions à la suite de ce projet :
-il n’a pas été simple d’impliquer tous les parents. Pour les activités sur les racines (créations d’une ligne du temps et d’un arbre généalogique), tous les enfants n’avaient pas le même matériel à la base. Certains avaient beaucoup de photos, d’autres très peu. Certains avaient beaucoup d’informations pour compléter leurs arbres généalogiques et d’autres n’ont su mettre que ce qu’ils savaient.
-l’activité sur les lignes du temps était vraiment très intéressante. En prolongement, ce serait bien de créer un album photo par enfant qui le suit durant toute sa scolarité primaire. Pour nos élèves présentant des troubles du langage, c’était vraiment très riche. La confrontation des photos des différentes lignes du temps et celles des professeurs a permis de travailler les notions du temps de manière très riche.
-l’activité sur les arbres généalogiques n’était pas simple. Nous avions les prénoms des grands parents, mais les enfants ne les connaissaient parfois pas. Ils ne savaient pas tous dire qui étaient les parents de papa et de maman. Certains enfants ne voient pas leurs grands-parents. Chez les plus jeunes, les parents avaient parfois fourni les photos des grands parents.
-les enfants ont beaucoup apprécié les ateliers sur les intelligences multiples. L’attribution d’une intelligence a chaque enfant est très relative. Il aurait fallu beaucoup plus d’activités dans chaque intelligence. Pour certains enfants, il a été très difficile de voir ses points forts à la fin des ateliers. L’observation de l’institutrice pendant les activités quotidiennes de l’enfant et pendant les sorties a permis d’orienter chaque enfant vers un projet qui lui convient.
-les enfants ont filmé chaque séquence avec une tablette et une caméra. Caroline Poisson filmait avec sa caméra. Caroline Poisson n’utilisait que ses propres séquences filmées au cas où ni la séquence filmée avec la tablette, ni la séquence filmée avec la caméra ne convenaient (ce qui a été rarement le cas).
-Nous avons apprécié la collaboration avec Caroline Poisson. Elle a été à notre écoute et expliquait très bien aux enfants. Elle s’est ajustée à toutes nos demandes. Elle nous a apporté (nous institutrices) beaucoup de nouvelles connaissances dans la création vidéo. Une prochaine fois, nous serons capables de faire nous-mêmes le montage.

Public cible de l'activité: 
Les compléments
Opération liée: