L'identité numérique et l'éternel retour des choses publiées

Auteur : Michel Berhin
Public visé : L’activité est réalisable avec des adolescents qui ont déjà une pratique de l’internet, car elle se base sur une identification des traces laissées en ligne. Une variante pourrait réunir des adultes eux aussi familiarisés depuis quelques temps à la navigation et la publication en ligne.
Matériel :

  •  Une salle connectée avec un poste par participant

Durée totale : Une heure
Nombre de séquences : 2 ou 3

 
 

Objectifs :

  • Faire prendre conscience de l’identité numérique que l’on a disséminée à travers le net
  • Pousser à une attitude responsable en matière de publication en ligne (données personnelles mais aussi usages multiples générant des traces multiples)

 
 

Déroulement
Partie  1

Type d’activité : travail individuel Timing :    30 minutes

 
Contextualisation possible : Tu as postulé pour un job de vacances et ton futur employeur veut savoir qui est ce candidat qu’il a devant lui. Il utilise Internet (moteur et réseaux sociaux) pour se faire une idée. Fais donc comme lui… et mesure l’impact des traces qui te concernent.
Pour chaque trace identifiée, donne une cotation allant de 1 à 5 (en positif comme en négatif) pour établir le degré d’effet de ton profil final.
Question : Quelle impression te donne l’examen des traces laissées en ligne jusqu’à aujourd’hui ?
Note : Le total reporté sur 10 est déjà un indice révélateur… mais tu ne dois pas perdre de vue qu’il est tout relatif. En effet, les éléments trouvés et qui te sont défavorables ne sont pas nécessairement « annulés » par des éléments positifs. En effet, tu le comprends bien, les conséquences d’une « bourde que l’on a pu commettre » continuent d’entacher notre réputation, quand bien même, on aurait produit de chouettes choses par ailleurs. Notre indice mathématique révèle simplement la tendance éditoriale de ce qui se publie à notre propos.

Partie  2 

 Type d’activité : Timing :    minutes

 
Option pour la suite. Comment gérer mieux son @-réputation ?
Lecture du texte de Nietzsche : L’éternel retour (dans le gai savoir – 1881), un texte qui invite l’individu à faire de chaque instant de sa vie, un moment d’une extrême qualité.
 
« Et si un jour ou une nuit, un démon venait se glisser dans ta suprême solitude et te disait : « cette existence, telle que tu la mènes et l'as menée jusqu'ici, il te faudra la recommencer et la recommencer sans cesse ; sans rien de nouveau, tout au contraire ! La moindre douleur, le moindre plaisir, la moindre pensée, le moindre soupir, tout de ta vie reviendra encore, tout ce qu'il y a en elle d'indiciblement petit, tout reviendra et reviendra dans le même ordre, suivant la même impitoyable succession, ... cette araignée reviendra aussi, ce clair de lune entre les arbres et cet instant et moi aussi ! L'éternel sablier de la vie sera retourné sans répit, et toi avec, poussière infime des poussières ! »... Ne te jetterais-tu pas par terre, grinçant des dents et maudissant ce démon ? A moins que tu n'aies déjà vécu un instant prodigieux où tu lui répondrais : « Tu es un Dieu, je n'ai jamais ouï parole aussi divine ! » Si cette pensée prenait barre sur toi, elle te transformerait peut-être, et peut-être, t'anéantirait. Tu te demanderais à propos de tout : « veux-tu cela ? Le reveux-tu à l'infini ? » Et cette question pèserait sur toi d'un poids décisif et terrible ! Ou alors, ah ! Comme il faudrait que tu t'aimes toi-même et que tu aimes la vie pour ne plus désirer autre chose que cette suprême et éternelle confirmation! »

Note : Nietzsche n’a pas écrit son texte pour culpabiliser ses lecteurs, mais plutôt pour les inviter à se choisir un avenir meilleur… dont ils pourraient en définitive, être super fier ! Vois-tu le parallèle avec notre réflexion ? Tout ce que tu trouves sur le net, te concernant, parle de toi à tort ou à raison… mais c’est là, accessible et reproductible, actuellement et peut-être pour toujours. En fait, comme le dit le texte de Nietzsche, ce qui de ta vie a été publié peut-être reproductible à l’infini… numériquement. Un « éternel retour » des choses vécues numériquement, en quelque sorte. Et voilà donc que tu t’écrierais : « Je n’ai jamais ouï parole si encourageante, … car voilà donc ce que l’éternité gardera comme souvenir de moi ! » Mais, continue le texte,  combien faudrait-il alors que tu aimes ce qui a été publié te concernant ! Ou alors, tu te jetteras par terre, maudissant ce numérique qui permet la réplication à l’infini de ces choses qui ne te mettent pas en valeur comme tu le souhaiterais.

Partie 3

Type d’activité : mise en commun Timing : 30  minutes

 
Sur un blog ou dans un document partagé en ligne, livre ta réflexion sur la notion d’intimité, en lien avec l’examen que tu viens de faire des traces publiées par toi-même (identité numérique) et par ceux qui te connaissent (@-réputation). Est-il bon de tout publier ? Y a-t-il une démarche de confiance qui voudrait que ce que tu confies à certains ne soit pas republié ? As-tu aperçu des dérapages à cette règle de confiance ? Que faut-il conclure de ces observations ?

Partie 4
Prolongement possible :
Si tu devais conseiller un frère ou une sœur plus jeune, que donnerais-tu comme éléments de réflexion pour qu’il fasse de bons choix ?