Le jour où mon robot m’aimera : vers l'empathie artificielle

Le dernier livre du psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron participe à la fois du récit de science-fiction et de l’essai philosophique, un ouvrage nourri par la connaissance que son auteur possède de nos comportements humains, mais aussi par un souci constant d’éduquer les générations futures afin que les usagers gardent en tout temps la maîtrise sur les machines, qui ne sont là que pour nous rendre service. L’attention portée par Tisseron au développement du numérique, son intérêt pour l’univers des images, l’objet et la complexité de sa relation avec l’homme, une prétendue empathie émotionnelle qui pourrait s’installer entre l’un et l’autre, sont quelques-uns des thèmes qui structurent l’ouvrage. Tout ceci sur fond d’une interconnexion généralisée des objets à Internet avec les conséquences qui en résultent pour notre vie psychique et sociale. Alors, ces robots seront-ils des partenaires, des esclaves, des complices, de simples témoins ? L’ouvrage séduit par ce va-et-vient entre idéalisation et diabolisation, fascination et rejet…

Michel Clarembeaux

S. Tisseron, Paris, Albin Michel, 2015, 198p. (16€)

Une interview de l'auteur en vidéo: http://www.albin-michel.fr/page.php?n=379